Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 17:30

Article publié sur le site de l’A.D.A.P.

(il y a environ 20 ans)

http://ada-posturologie.fr/Habif.htm

 

PRISME ET VERRE PROGRESSIF

Michel HABIF

Opticien, Paris

RAPPELS OPTIQUES

     Une lame à face parallèle laisse passer la lumière sans déviation (fig. 1).

http://ada-posturologie.fr/HabifFig1.gif

FIG. 1 — Lame à faces parallèles

     Un prisme dévie la lumière en fonction de l’angle formé par ses deux faces et de l’indice de réfraction du matériau. Le rayon lumineux est dévié vers la base du prisme, l’image est donc déplacée vers l’arête (fig. 2).

 

http://ada-posturologie.fr/HabifFig2.gif

FIG 2 — Déviation du rayon lumineux par le prisme

 

 

     Une lentille optique sphérique, formée de deux faces, avant et arrière de courbures différentes, laisse passer la lumière sans déviation en son axe optique.
     Cette lentille optique peut être assimilée à la juxtaposition de deux prismes accolés, par leur base pour une lentille convexe, par leur arête pour une lentille concave (fig. 3).

http://ada-posturologie.fr/HabifFig3.gif

FIG. 3 — Schématisation de lentilles optiques par des prismes accolés 

 

      Les rayons lumineux passant par un point autre que le centre optique sont déviés. L’angle de déviation est fonction de la puissance de la lentille, D, de la distance, d, du point d’incidence au centre optique, et de l’indice de réfraction du matériau.

     Cette déviation correspond à celle d’un effet prismatique de puissance égale à la valeur du prisme équivalant engendrant la même déviation. Cette valeur est égale à:

d.D/10

en négligeant l’indice de réfraction du matériau pour simplifier et arrondir les valeurs.

d = décentrement en mm,

D puissance du verre.

    

   L’axe du prisme, ou plutôt son orientation, est indiquée par sa base ou son arête, par convention à préciser.
    

     L’importance du bon centrage du verre correcteur est à présent évident.

Ainsi, par exemple un décentrement de seulement 3mm sur un verre de 4 dioptries entraînera un effet prismatique de 1.2 dioptries prismatiques !

 

VERRES PROGRESSIFS

     Depuis l’invention des verres progressifs, au début des années 60, il a été décidé d’induire un prisme dit « d’allègement » afin de réduire le poids et l’épaisseur de ces verres en estimant que deux primes égaux devant chacun des deux yeux n’avaient pas d’incidence visuelle, la déviation étant identique.

     La valeur de cette prismation est égale en général à 2/3 de l’addition (Addition = différence entre correction de vision de loin et de vision de près). Ce prisme est positionné sur le centre géométrique du verre, point de début de progression, et orienté base inférieure, 270°.

     Ainsi un verre d’addition +3.00 aura un prisme d’allègement de 2.00 dioptrie prismatique ( dp) base inférieure, mesurable au centre géométrique.

http://ada-posturologie.fr/HabifFig4.gif

FIG 4 — Repères des verres progressifs, présentés sur un verre pour l'oeil droit

     Le point de centrage du verre, la croix, doit correspondre à la position de la pupille (fig. 4), en position primaire, tête droite, regard doit devant, pour simplifier, car nous devons tenir compte du port de tête du porteur, de son activité… (C'est là que se manifeste le "sens clinique" de l'opticien [note de l'éditeur])

     La distance entre la croix de centrage et le centre géométrique du verre, ( d ) est variable suivant le type de progressif, 2 à 4mm, le plus couramment 4mm.

     Cette distance d induit un effet prismatique en fonction de la correction de vision de loin.  Par exemple, un verre de 4 dioptries, pour une distance de 4mm, induira un effet prismatique d’environ, 1.6 Dioptries prismatiques. Si c’est un verre de myope, - 4.00, l’orientation de ce prisme sera à base supérieure donc annulant en tout ou partie le prisme d'allègement. Si c’est un verre d’hypermétrope, + 4.00, l’orientation sera à base inférieure, donc s'additionnant au prisme d'allègement.
     Nous comprenons alors pourquoi la correction en vision de loin est essentielle pour déterminer l’effet prismatique résiduel à la croix de centrage.


Prenons deux exemples :

Un œil myope de – 4.00 presbyte de 2.00, soit la formule –4.00 add+2.00

 Le prisme d’allègement est de 2/3 x 2 = 1.33 dp base inférieure.

L’effet dû à la distance d, 4mm x 4 = 1.6 dp base supérieure.

L’effet résultant à la croix de centrage

1.6-1.33 = 0.27 dp base supérieure = négligeable

Un œil hypermétrope de + 4.00 presbyte de 2.00, soit la formule +4.00 add+2.00 Le prisme d’allègement est de 2/3 x 2 = 1.33 dp base inférieure.

L’effet dû à la distance d, 4mm x 4 = 1.6 dp base inférieure.

L’effet résultant à la croix de centrage

1.6+1.33 = 2.93 dp base inférieure = non négligeable


Dans le premier cas le prisme d’allègement est annulé par l’effet de la correction à la croix de centrage. Il ne faut bien entendu pas supprimer ce prisme d’allègement, l’effet résiduel serait de 1.6 dp base supérieure !

      Bien entendu il faut raisonner en vision binoculaire, et donc tenir compte de la correction de chaque œil. L’addition de vision de prés est identique pour les deux yeux, (elle est cependant de façon exceptionnelle différente). C’est donc en fonction de la correction de vision de loin qu’il faut étudier chaque cas en particulier.

     Toutes les combinaisons optiques existent, OD et OG myopes ou hypermétropes, un œil myope l’autre hypermétrope, astigmatisme associé aux autres amétropies etc.

CONSEILS

     Mon expérience en posturologie, plus de 20 ans déjà ! ( ce texte a été écrit il y a plus de 15 ans...) , m’amène à donner ces conseils :


- Ne pas supprimer systématiquement les prismes d’allègement sans calcul précis.
- En général, ne pas laisser d’effet prismatique résiduel d’une différence supérieure à 0.75 dp entre les deux yeux.
- Dans le cas de verres progressifs avec un prisme induit prescrit sur devant les deux yeux, demander à la fabrication la valeur de ces prismes en résultante à la croix de montage. S’il s’agit d’un seul œil prismé, ne pas oublier de supprimer tout effet prismatique sur l’autre œil.

     Le calcul est assez simple pour des verres sphériques, plus complexes pour des corrections astigmates. J’ai ici donné les grandes lignes afin de clarifier ces calculs. Seul un professionnel exercé saura mener à bien cette recherche, parfois avec l’aide du laboratoire verrier.

     Je recherche depuis déjà quelques temps d’ailleurs, l’incidence des effets prismatiques en vision de près, lorsque les prismes sont supprimés ou non, en vision de loin. Les relevés sont effarants. Je n’ai pas encore de réponse, ni personnelle ni des laboratoires.

Michel HABIF

Vision et Posturologie - Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VISION-ET-POSTUROLOGIE
  • : VISION ET POSTUROLOGIE MON EXPERIENCE MICHEL HABIF
  • Contact

Profil

  • vision-et-posturologie
  • OPTICIEN - POSTUROLOGIE
  • OPTICIEN - POSTUROLOGIE

Recherche

Liens