Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 17:51

Bonjour à toutes et tous

Dossier fort intéressant et complet sur la migraine est paru dans le n° 28 de la e-revue

enquêtes de santé.

Vous pouvez l'obtenir facilement :

http://www.enquetesdesante.com/revue/index.html

Il s'agit d'une excellente revue qui vous séduira certainement.

Bonne lecture

ITW Dr Jean Thomas et Michel Habif

Enquêtes de santé N°28 (mai/juin 2015)

 

Titre : « Pour chaque migraine, il existe une solution »

 

Texte de présentation : Le Dr Jean Thomas est médecin néphrologue. Ses recherches, fruits d’un travail pluridisciplinaire, ont abouti à une autre approche de la migraine, à une compréhension de son déclenchement et à la mise en évidence de ses véritables causes, lui permettant ainsi de proposer un traitement curatif définitif sans médicament. Il a écrit deux ouvrages sur le sujet1.

Michel Habif, opticien diplômé, pratique la posturologie depuis plus de 35 ans, s’intéressant en particulier à l’influence des informations visuelles dans l’équilibre postural. Il travaille au centre de VISION ET POSTUROLOGIE (Paris 12e).

Le Dr Jean Thomas et Michel Habif collaborent depuis plusieurs années, notamment dans la prise en charge de patients migraineux.

 

Dr Jean Thomas, comment en êtes-vous arrivé à cette compréhension globale de la migraine qui fait que vous affirmez que l’on peut la guérir sans médicament ?

Je précise que cela fait près de 50 ans que je travaille sur la migraine. Un recul qui fait que je connais très bien le sujet, ayant vu des centaines de patients guéris de cette pathologie très invalidante. C’est pourquoi j’affirme en effet qu’à l’heure d’aujourd’hui, il est inconcevable de ne pas guérir complètement tous les types de migraines. Pour chaque migraine, on trouve en effet une solution.

Le premier jalon dans la compréhension générale de la migraine a été posé de manière assez curieuse au milieu des années 1970 : durant l’hiver, j’exerçais à Paris, au laboratoire de DR Pierre TANRET (Hôpital Bicêtre) qui a mis au point la dialyse péritonéale, et le reste de l’année, j’étais médecin aux Thermes de Vittel. Là-bas, chaque fois que j’avais un patient migraineux, je lui donnais de l’eau de source Hépar, qui est extrêmement riche en sulfate de magnésium. Quand les curistes revenaient me voir l’année suivante, ils souffraient toujours de migraines mais beaucoup moins : ils pouvaient rester quatre à cinq mois sans en avoir. C’était surprenant. La deuxième année, ils en avaient très peu, puis la troisième plus du tout…

Les médecins de Vittel avaient remarqué depuis quelques décennies l’efficacité de la cure thermale chez les migraineux2. J’ai, pour ma part, écrit une thèse en 19763 confirmant, plusieurs centaines d’observations à l’appui, que la cure s’accompagnait d’une diminution notable  de l’intensité et de la fréquence des migraines. Je travaillais alors notamment avec mon épouse Élisabeth Thomas qui est pharmacienne biologiste, et avec laquelle nous avons écrit deux ouvrages sur la migraine. Les résultats favorables évoqués précédemment ont été imputés à la consommation d’eau de source Hépar et à son action cholérétique et cholagogue en rapport avec sa teneur en sulfate de magnésium.

À partir de 1990, les travaux effectués à Vittel ont mis en avant le fait que le magnésium en tant que tel participait directement à cette amélioration.

Nos recherches cliniques ont en effet pointé un déficit magnésique chez les migraineux. Nous avons montré, en 19934, que la cure à Vittel était accompagnée d’une augmentation du magnésium érythrocytaire. La réduction du déficit magnésique général des migraineux obtenue par la cure contribue à la réduction de l’irritation neuromusculaire des migraineux, bien mise en évidence par les examens cliniques. L’eau de source Hépar devenait ainsi un médicament naturel, sans aucune toxicité, pouvant donner simplement quelques réactions diarrhéiques ou quelques algies coliques chez les colitiques.

Ce fut le point de départ de nos recherches : une nette amélioration, voire la disparition des migraines avec un apport en magnésium, mais ce n’est pas l’essentiel du traitement. En effet, nos recherches, débutées au CEETMC (Centre européen d’études pour le traitement des migraines et céphalées) de Vittel, qui sont le fruit d’une étroite collaboration entre médecins et chirurgiens-dentistes, donc d’un travail pluridisciplinaire - qui s’est depuis élargi encore -, ont permis de mettre en évidence d’autres facteurs susceptibles de déclencher des migraines.

 

Lesquels sont-ils ?

Les autres facteurs susceptibles de faciliter l’irritation neuromusculaire oro-faciale et donc de déclencher des migraines sont des anomalies : occlusales, podologiques et oculaires.

Un examen clinique long et méthodique va rechercher ces anomalies.

Tout d’abord, le facteur occlusal. Il s’agit de rechercher un mauvais contact entre deux dents des mâchoires inférieure et supérieure, en général deux molaires. L’insertion d’une lamelle de papier, du côté droit, permet de constater cette anomalie (qu’elle soit de naissance ou acquise).

Ce mauvais contact gêne en permanence la fermeture correcte de la mandibule et ses mouvements de latéralité ou dans le sens antéropostérieur. Cette anomalie entretient une irritabilité chronique, laquelle, exacerbée à certaines occasions, déclenche alors de manière explosive l’accès migraineux.

Il suffit donc de corriger cette anomalie. Il s’agit d’un petit meulage, inférieur à 1/10mm, d’un obstacle travaillant ou non sur la facette de la dent responsable de la dysocclusion.. Le parfait équilibre mandibulaire trouvé, on constate l’arrêt de tous les phénomènes d’irritation neuromusculaire enregistrés à l’examen clinique et une atténuation rapide de la fréquence et de l’intensité des phénomènes migraineux.

Il faut savoir que le traitement de la dysocclusion peut être plus long ; il est d’une très grande importance. En effet, un vide dentaire au niveau d’une molaire (souvent la 6) peut contribuer à ces troubles, le remplacement en est alors indispensable

Ensuite, le facteur podologique. Un repère extrêmement important nous parle de façon quasi certaine d’une anomalie podologique : une sensibilité toute particulière de la cheville gauche, sous la malléole (dans la région sous-malléolaire externe). C’est un signe fondamental.

Pour corriger cette anomalie, il suffit de soulever la voûte plantaire et d’y glisser une cale podologique. Selon l’anomalie à corriger, la cale devra être plus ou moins épaisse. C’est au millimètre près : la bonne hauteur est trouvée quand la sensibilité évoquée plus haut a disparu. Un relèvement de la voûte plantaire, en général d’une épaisseur de 4mm à 16mm, conduit à la disparition totale de toute la symptomatologie. Les semelles devront être portées en permanence, même dans les chaussons, et seront contrôlées chaque année.

Pour le facteur visuel, je laisse la parole à Michel Habif. J’insisterais juste, pour terminer, sur la part extrêmement importante que prend la patience dans le traitement de la migraine et sa guérison.

 

Il est important de le souligner effectivement. Michel Habif, pouvez-vous nous expliquer tout d’abord ce qu’est la posturologie et son rapport avec la vision, plus précisément l’influence des informations visuelles dans l’équilibre postural, et enfin dans le déclenchement de la migraine ?

La posturologie est l’étude de l’équilibre de l’homme debout, et prend en charge les différentes informations qui permettent  cet équilibre sans souffrance. Cet aspect multidisciplinaire en fait une prise en charge atypique et passionnante.

Des information complètes peuvent se trouver sur le site de l’ADAP – Association pour le Développement et l’Application de la Posturologie.

En tant qu’opticien posturologue, seul à avoir cette activité,  je m’occupe d’une manière générale des douleurs chroniques, dont font partie les migraines. Concernant ces dernières, nous avons mis au point, avec le Dr Thomas, des protocoles qui permettent d’améliorer, voire de supprimer vraiment les migraines.

Il s’agit forcément d’un travail pluridisciplinaire, puisque nous sommes face à un problème à plusieurs entrées : dentaire – plantaire – visuelle. En chef d’orchestre, il s’agit d’analyser le poids  de chaque entrée. Il faut engager un processus permettant d’aller progressivement vers une solution. Il arrive que la seule semelle podologique résolve le problème, ou bien le seul équipement visuel, ou le traitement dentaire ou encore la combinaison de plusieurs facteurs.

En conséquence, la correction visuelle requiert une précision extrême. L’examen est très long (il dure une heure en général) et la correction visuelle doit être validée par des tests.  Il s’agit de tests posturaux, que j’ai affinés. Ils viennent tester jusqu’à correction visuelle parfaite. Ce qui peut être long, je vous l’ai dit. C’est la première étape.

La deuxième étape, c’est la réalisation des lunettes qui nécessite également une précision extrême. La monture doit être parfaitement adaptée au type d’équipement et la qualité des verres est essentielle. L’ajustage doit être régulièrement contrôlé.

Troisième étape importante, mais pas gagnée : la personne doit mettre ses lunettes en permanence… Ce qui s’avère difficile pour beaucoup de gens, qui avouent ne pas les mettre ou simplement quelques minutes dans la journée. Elles ne servent donc à rien. Parfois, les gens ont la solution à leur problème, mais ne l’exploitent pas…

Ou bien c’est vécu comme quelque chose d’inconfortable : le corps intègre mal la correction visuelle, d’où l’intérêt des tests posturaux qui viennent questionner le ressenti du corps face à cette correction visuelle.

Nous avons développé une technique et elle fonctionne. On peut vraiment soulager les personnes migraineuses autrement qu’avec tout l’attirail médicamenteux, ce qui ne fait évidemment pas plaisir à tout le monde. Le Dr Thomas et moi-même ne nous sommes pas faits que des amis…

 

C’est dommageable… Qu’avez-vous envie de dire en conclusion ?

Si le Dr Thomas, à la retraite depuis quelques années, s’occupe encore de  ces patients, et toujours gratuitement, c’est que cette technique donne les résultats attendus et soulage de nombreux migraineux. On a vraiment besoin de gens comme lui pour une prise en charge respectueuse, au cas par cas,. Il n’a d’autre but que de voir ces personnes délivrées d’une pathologie très invalidante, bien loin de la prise en charge actuelle qui a pour conséquence de les enfermer dans un cercle infernal, celui de la chronicité avec les médicaments par exemple.

Le souci, c’est que la transmission est extrêmement compliquée, on est démolis en permanence, j’ai même entendu dire qu’on pratique la sorcellerie ! Mais l’essentiel est le résultat.

Seuls trois ou quatre médecins ont cette démarche en France., qui ont été en contact avec le Dr THOMAS.

Ayant un emploi du temps chargé, je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à la formation, mais j’ai le projet, dans les années qui arrivent m’y consacrer en organisant une formation spécifique sur la vision, et que les personnes que je formerai feront des petits…

 

FIN DE L’ITW

 

Références :

1 - « La migraine, la comprendre et la guérir définitivement », Dr Jean Thomas, Emmanuel Tomb et Élisabeth Thomas, Préface du Pr Christian Cabrol, Éd. Heures de France, 2006

« Guérir la migraine sans médicament », Dr Jean Thomas, Élisabeth Thomas, Martial Fournier ; Julien Thomas et Louis Pierre Rosati, Préface du Pr Christian Cabrol, Heures de France, 2011

2 – « Les migraines et leur traitement par les eaux sulfatées calciques et magnésiennes », F. Decaux. Congrès International de la Fonction biliaire. Volume 2. Masson Paris Édit. 1958 PP.17+32

3- « Contribution à l’étude de la place de la cure de Vittel dans le traitement des migraines », J. Thomas. Thèse Nancy 1976, 209 p.

4 – « Migraine et cure de Vittel. Influence de l’eau de source Hépar sur le taux de magnésium érythrocytaire », J. Thomas, E. Thomas, E. Tomb. Presse Therm. Climat. 1991, 128 53-58

 

En savoir plus :

« La migraine, la comprendre et la guérir définitivement », Dr Jean Thomas, Emmanuel Tomb et Élisabeth Thomas, Préface du Pr Christian Cabrol, Éd. Heures de France, 2006

« Guérir la migraine sans médicament », Dr Jean Thomas, Élisabeth Thomas, Martial Fournier ; Julien Thomas et Louis Pierre Rosati, Préface du Pr Christian Cabrol, Heures de France, 2011

Le site internet de Michel Habif : www.vision-et-posturologie.com/

Le site de l’A.D.A.P. : ada-posturologie.fr

Partager cet article

Published by vision-et-posturologie
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 14:30
TRAITER LA MIGRAINE SANS MEDICAMENT

Bonjour à tous

Je me fais assez rare ici depuis environ un an, le date d'ouverture du 1er centre de VISION ET POSTUROLOGIE qui prend beaucoup de temps.

Depuis quelques années je travaille avec Le Dr JEAN THOMAS, spécialiste de la migraine depuis plus de 40 ans.

Il a publié plus de 700 communications sur ses techniques et plusieurs livres.

Son approche et ses traitements de la migraine, sont principalement posturaux.

ENTREE PLANTAIRE - OCCLUSION DENTAIRE - VISION.

J'espère prendre le temps de co-écrire avec lui un nouvel ouvrage sur VISION ET MIGRAINE.

Nous avons participé récemment à une émission de radio concernant ce sujet

SUD RADIO LE 14/01/15 : LA MIGRAINE.

Vous pouvez écouter l'intégralité en cliquant sur le lien suivant:

https://docs.google.com/file/d/0B0gZthWWN1ZGOVE1SFhaY05XWUE/edit

Je vous proposerai prochainement des études de cas spécifiques.

L'aspect pluridisciplinaire du traitement est capital.

Bonne écoute.

MICHEL HABIF

TRAITER LA MIGRAINE SANS MEDICAMENT

Partager cet article

Published by vision-et-posturologie - dans MEDECINE
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 09:39

Partager cet article

Published by HABIF MICHEL
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 11:09

Bonjour

 

J'ai le plaisir de vous informer de la parution du GUIDE DE L'ORTHOPTIE.

Cet ouvrage réunit les connaissances actuelles concernant cette spécialité, et permet une plusgrande compréhension des mécanismes de l'oeil.

Bonne lecture.

Michel HABIF


ORTHOPTIE-GUIDE.jpeg

Partager cet article

Published by vision-et-posturologie
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 09:53

Partager cet article

Published by HABIF MICHEL
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 07:29

Partager cet article

Published by HABIF MICHEL
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 17:20

Partager cet article

Published by HABIF MICHEL
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 15:42
     VISION ET POSTUROLOGIE
LE ROLE DE L’ACCOMMODATION
Michel HABIF, opticien posturologue
Jean- François HENNEBICQ, ostéopathe
Association de Posturologie Internationale Paris 2013
PARTIE 3
EXEMPLE CLINIQUE
Parmi les milliers de sujets examinés je vous propose de montrer que la précision de l’examen visuel permet l’équilibrage immédiat du tonus postural.
Un test simple visuo-postural : la rotation de la tête.
On demande au patient de tourner la tête d’un côté au plus qu’il peut sans l’incliner le regard suivant  l’axe de la rotation. On veillera à ce qu’il n’y ai pas de contact dentaire, afin d’éviter une éventuelle perturbation occlusale.
Le patient se tient debout, il lui est imposé de ne pas bouger et de garder sa position du corps et des pieds dans les différentes situations.
Le coté choisi correspond à l’hypertonie cervicale trouvée au bilan ou à la limite de rotation observée.
On va remarquer le gain de l’angle de rotation  avec l’équipement actuel porté s’il existe, éventuellement avec la même correction centrée sur lunette d’essai, ou sans correction visuelle bien entendu si elle n’existe pas,  puis avec la correction trouvée à la réfraction, sur lunette d’essai ou/et sur lunettes définitives à la livraison en contrôle final. On pourra tester et comparer la rotation de la tête des deux côtés.
 Laurence A.( comptable,48 ans) consulte sur les conseils de son ostéopathe qui a trouvé, lors de sa consultation une influence de sa vision dans son équilibre postural ( tests différents YO/YF)
Cette patiente a consulté pour des maux de tête et des douleurs du rachis, principalement lombaires.
Elle porte depuis 2010 des lunettes uniquement de lecture.
OD +1.00+0.50 170°                      OG  +1.25 +0.25 25°
A la réfraction subjective, (en la faisant relâcher au plus son accommodation, et en ajustant son astigmatisme au cylindre croisé) j’obtiens 13/10 odg avec :
OD  +0.25 +0.50 170°                   OG +0.50 +0.50 30°        add VP +1.00
Il s’agit d’un très léger défaut d’hypermétropie avec un petit astigmatisme. Le port de ces verres progressifs parfaitement centrés suffira à libérer son accommodation en fournissant une image rétinienne optimale.
Image1  Image2.png
 Voilà Laurence, à gauche sans lunettes, à droite avec sa nouvelle correction de verres progressifs.
---
On peut également faire ce test à côté d’un miroir ce qui permet de mieux visualiser l’angle de rotation. Le patient se voit également.
Image3.jpgImage4.jpg
De ses nouvelles après quelques semaines de port permanent de ses lunettes, et après avoir re-consulté son ostéopathe,  ses maux de tête ont disparu et ses douleurs lombaires sont améliorées.
QUELQUES CHIFFRES…
Pour terminer je vais vous donner les chiffres relevés sur les 146 derniers patients posturaux examinés adressés par des correspondants posturologues qui suspectent l’influence de leur entrée visuelle.
Ces données concernent 105 femmes et  41 hommes de 16 à 80 ans (dont 102 entre 39 et 62 ans).
A la question (114 réponses) “Souffrez-vous des mâchoires” 84 répondent non, 30 oui ; 
 A la question (120 réponses) “Avez-vous le sentiment de serrer les dents“, 64 répondent non, 56 oui.
On remarquera qu’environ la moitié a conscience de serrer les dents….
L’examen optique montre que 106 d’entre eux sont en sur-accommodation en vision de loin dont 21 de plus de 1,00 dioptrie, au moins pour un œil ;
31 ont une correction imprécise, souvent en astigmatisme ;
8 sont en sous-accommodation, myopie sous corrigée ou hypermétropie sur-corrigée 
1 est en bascule après une intervention chirurgicale de la myopie (un œil en vision de loin, l’autre œil en vision de prés).
 
Résultats : 106 sur 146 soit 72.6% sont en  sur-accommodation
Dont 80% de – 1.00D en VL
Et 20% de + 1.00D en VL
Tous ces sujets sont adressés pour des désordres posturaux dont l’entrée visuelle a été pointée.
CONCLUSION
L’influence de l’accommodation est souvent négligée dans la prise en charge du patient postural
 Bien souvent il est dit : « l’information visuelle est capitale voire primordiale dans l’équilibre du système d’aplomb »
Pourtant, on entend par entrée visuelle uniquement les déficiences oculomotrices sans tenir compte qu’elles peuvent avoir aussi être accommodative et avoir  pour origine une imprécision de réfraction, aussi faible soit-elle.
Faut-il engager une rééducation orthoptique sur un sujet qui accommode déjà en vision de loin et qui a  plus de difficultés à accommoder de prés, donc à converger?
Faut-il commencer par équilibrer l’occlusion dentaire si l’accommodation n’a pas été relâchée?
L’idée est finalement de remettre le patient dans son propre équilibre visuel physiologique, par une réfraction optimale respectant les règles de relâchement accommodatif en vision de loin et de l’évaluation précise de l’astigmatisme permettant la meilleure  acuité sans effort.
Cette correction visuelle doit être en final validée par quelques tests visuo-posturaux, simples, sous forme d’une routine, pour s’assurer que  l’équilibre postural est établi.
BIBLIOGRAPHIE
Bonnier LR, Habif M— Prise en charge des ADAM par l’odontologiste. Un risque diagnostic méconnu : les visions défectueuses. Chirurgien-dentiste de France, 1083, 239-241, 2002
Elie de Cyon –L’oreille organe d’orientation dans le temps et dans l’espace-1911
Guy Duchemin- Dérangements Oculaires-et Dérangements Musculaires
Hennebicq JF, Habif M – Les tests Visuo-Posturaux – Journées de l’API 2013
Michel Habif – Prismes et verres Progressifs – ADAP-
Marucchi C, Gagey PM—Cécité posturale, Agressologie, 28, 9, 947-948, 1987
Marucchi C, Habif M, Gagey PM, Weber B, Zamfirescu F, Benaim C—Corrective lenses and the fine postural system I Stabilometric variations induced by varying the diopters of corrective lenses. In Vestibular and neural front, K Taguchi, M Igarashi, S Mori, 357-360, Amsterdam, Elsevier, 1994
Matheron E, Incidence des phories verticales sur le contrôle postural en vision binoculaire, Faculté  de Médecine de l’Université Paris V - René Descartes, 2009.
Ridel L, Bonnier L, Weber B—Orthoptistes et occlusion dentaire. J f Orthoptique, 36, 125-133, 2004
Dr Jean Thomas-Elisabeth Thomas- Julien Thomas-DR Louis-Pierre Rosati- Dr Martial Fournier – Comment guérir la migraine sans médicaments – HdF-
Weber B, Benaim C, Gagey PM, Habif M, Marucchi C, Zamfirescu F, —Corrective lenses and the fine postural system. II Influence of the optical configuration  lenses on the functionning of this system In Vestibular and neural front, K Taguchi, M Igarashi, S Mori, 361-364, Amsterdam, Elsevier, 1994.
Weber B- Observation privilégiée en recherche clinique. Comprendre l‘homéostasie après Claude Bernard et Henri Laborit. Journées de l’API 2013
FIN DE LA COMMUNICATION
     
VOUS POUVEZ LAISSER VOS COMMENTAIRES ET VOUS INSCRIRE A LA NEWSLETTER AFIN DE RECEVOIR LES ALERTES DE NOUVEAUX ARTICLES.

 

MICHEL HABIF

 
 

Partager cet article

Published by vision-et-posturologie
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 13:14
                                         
                                      VISION ET POSTUROLOGIE
LE ROLE DE L’ACCOMMODATION
Michel HABIF, opticien posturologue
Jean- François HENNEBICQ, ostéopathe
Association de Posturologie Internationale Paris 2013
PARTIE 2

 

LES DEFAUTS OPTIQUES - RAPPELS
 
 
oeil emmetrope
oeil emmetrope
L’œil est un organe assimilé à un système optique convergent, qui va fournir, d'un objet éloigné, une image nette, sur la rétine, et ceci sans aucune contrainte musculaire.
 
 Le seul effort possible pour modifier sa puissance est l’accommodation pour focaliser des images d’objets rapprochés.
 
Cet œil idéal doit, pour la vision de loin, être en parfait repos musculaire de manière à pouvoir réserver tout son effort accommodatif pour fixer des cibles à des distances plus rapprochées.
C'est l'OEIL EMMETROPE.
 
L'OEIL MYOPE      
 
oeil_myope.gif
oeil myope
On a l'habitude de dire que c'est un œil trop long, en réalité il est trop puissant pour sa longueur. Les objets éloignés sont vus flous et leur image se projette en avant de la rétine.
 
Si l’œil myope accommode pour tenter d’améliorer la qualité de l’image rétinienne, il augmente encore sa vergence et éloigne un peu plus l’image nette de la rétine et voit encore plus flou.
 
Pour le corriger, la solution optique est de mettre devant l’œil myope un verre divergent (négatif), afin de repousser l’image sur la rétine, sans qu’il ne fournisse aucun effort accommodatif lorsqu’il regarde un objet éloigné.
 
 
oeil-myope-corrige.gif
oeil myope corrigé
 
 
 
-
L'OEIL HYPEROPE OU HYPERMETROPE
   
   
   
oeil_hypermetrope.gif
 
oeil hypermétrope
C'est exactement l'inverse de l'œil myope, sa puissance est trop faible par rapport à sa longueur. L’image de l'objet éloigné se forme en  arrière de la rétine. Il n'est pas assez convergent. Il peut augmenter sa vergence et ramener l’image nette sur la rétine en actionnant les muscles de l’accommodation, en fonction  de sa faculté à le faire suivant  son âge et la valeur de l’hypermétropie. La correction de l’hypermétropie consiste à mettre un verre convergent (positif) afin d’amener une image nette sur la rétine, d’un objet éloigné, et ceci sans aucun effort accommodatif.
   

 

oeil_hypermetrope-corrige.gif

oeil hypermétrope corrigé

 

 

L'OEIL ASTIGMATE

L'astigmatisme est une déformation  résultant de la non sphéricité des différentes faces des dioptres, cornée, cristallin, formant 2 plans focaux , créant une image déformée, plus allongée dans un axe. Ce défaut de réfraction est en général associé à la myopie ou à l'hypermétropie, mais peut aussi être mixte. Il nécessite une très grande précision d’évaluation autant pour l’axe que pour sa valeur, afin de ne pas provoquer de tentative de focalisation. Il  se corrige par un verre astigmate, d’une surface torique.

 

oeil-astygmate--1-.gif

 OEIL ASTIGMATE

 

 

 

CORRECTION VISUELLE ET POSTUROLOGIE

 

Quelles sont les conséquences posturales sur les amétropes corrigés de façon imprécise. Ces derniers se retrouvent parfois dans une situation de contrainte difficile à gérer. Par exemple chez les hypermétropes non corrigés ou insuffisamment corrigés. La vision de loin implique des axes visuels parallèles alors que les oculomoteurs sont en action de convergence sous l’effet de l’accommodation, provoquant un conflit visuel.

 

Le myope s’il est sur corrigé, la correction visuelle aura trop repoussé l’image rétinienne  au-delà de la rétine et il se comportera comme un hypermétrope. Il va pouvoir aussi compenser cette sur correction en accommodant.

 

Dans tous les cas une image rétinienne imprécise va impliquer de façon réflexe, une tentative de focalisation pour améliorer sa qualité. Ceci en cas de sur ou sous correction optique ou simplement d’imprécision. Cet effort reflex se traduit par une tentative d’accommodation aboutie ou non, en fonction du résultat obtenu sur la qualité de l’image.

J’ai remarqué que les imprécisions de la réfraction sont très souvent à l’origine du déséquilibre postural, lorsque l’entrée visuelle est  perturbante. Lorsque l’œil reçoit une information visuelle imprécise, l’image rétinienne, une tentative de focalisation est engendrée, actionnant de façon réflexe les muscles du procès ciliaire. Cet ensemble de régulations focalisatrices traduit immédiatement l’inadaptation de l’équipement visuel dans l'intégration des afférences visuelles vers le système d’aplomb. Les principales perturbations posturales rencontrées habituellement dues aux imprécisions de réfraction concernent les capteurs proprioceptifs cervicaux, manducateurs, scapulo-dorsaux et lombaires, et le capteur occlusal.

 

Les imprécisions de correction de puissance ou/et d'axe doivent être prises en charge, même pour de très faibles valeurs.

 

L'examen  visuel se doit d’être validé par des tests posturaux.

 

Ma pratique quotidienne me permet d’affirmer que la grande majorité des cas, pour lesquels je suis sollicité, ont pour origine une imprécision de réfraction, souvent faible mais parfois importante. Majoritairement il s'agit de patients qu'on laisse accommoder en vision de loin, des myopes sur-corrigés, des hypermétropes sous- ou non corrigés, des astigmatismes  imparfaitement compensés. La précision du nouvel équipement en correction et centrage suffira à réduire ou annuler les symptômes initiaux.

 

La myopie accommodative, dite « scolaire » ou de l’étudiant, en représente un exemple frappant. Le  travail prolongé à distance courte crée un stress accommodatif qui provoque une myopie artificielle que l’on corrige, au lieu de faire relâcher, par des séances d’orthoptie, par exemple. Et l’on retrouve quelques années plus tard des sur-corrections myopiques, parfois importantes, à l’origine de désordres posturaux. Cette manière de les corriger les installe dans cet effort accommodatif permanent; elle conduit ces sujets à un sentiment de fatigue permanente, une presbytie précoce, une addition surévaluée, des sur-corrections myopiques, des astigmatismes étranges... Le travail sur écran, les jeux vidéo, les téléphones,  amplifiés par les conditions du travail ou de la vie quotidienne, sont souvent à l'origine de ces myopisations artificielles plus fréquentes qu'autrefois.

 

Le principe de la correction visuelle est bien entendu rendre le système idéal.  C'est à dire de remettre dans les conditions optimales cet œil amétrope.

 

CORRECTION IDEALE = IMAGE RETINIENNE OPTIMALE EN VL SANS EFFORT

 

ŒIL CORRIGE = ŒIL AMETROPE + CORRECTION VISUELLE = ŒIL EMMETROPE

 

Cela permet de libérer tout effort accommodatif en vision de loin et de laisser la possibilité de fournir l'effort accommodatif pour voir nets tous les objets rapprochés.

 

Bien entendu, la faculté d'accommoder variant en fonction de l'âge , une aide complémentaire sera nécessaire après environ 45 ans (presbytie), rarement avant.

 

ACCOMMODATION-CONVERGENCE

Comme nous l’avons vu, il faut que l'image rétinienne d'un objet soit parfaite et cohérente avec celle donnée de l'autre œil, pour le que le cerveau utilise cette information comme unique.

 

Lorsque l'accommodation se met en jeu, pour préciser la netteté d'une image rétinienne, elle déclenche les muscles oculomoteurs jusqu'à faire converger le couple visuel vers la cible.

 

En effet les deux yeux fixant un objet éloigné, n'accommodent pas, et ne convergent pas. Dès que l’on rapproche l’objet, les yeux convergent et accommodent pour garder une image nette

 

 Il s'agit de la LIAISON ACCOMMODATION – CONVERGENCE

 

C’est un phénomène réflexe et physiologique.

Ce système de synergie musculaire est parfaitement connu, pourtant on oublie bien souvent que la convergence a pour origine l’accommodation.

L’exemple le plus simple est le strabisme convergent, déclenchés par l'accommodation, fréquemment retrouvé chez des enfants hypermétropes,  et corrigés aisément par le port de verres correcteurs.

strabism-hyper-1-service-opht-universite-sherbrooke-quebec.jpg

photo strabisme hyper1 service ophtalmo Université  Sherbrooke-Quebec

En corrigeant leur hypermétropie on corrige leur convergence excessive, leur strabisme.

Il est important de comprendre que dès que l'accommodation se déclenche, cela entraine systématiquement un effort  des muscles oculomoteurs et des muscles para cervicaux.  Clinching ou bruxisme en sont souvent aussi une conséquence (Bonnier & Habif, 2002 ; Ridel et al, 2004).

 

L’examen de l’entrée visuelle nécessite que les autres entrées du système, l’entrée occlusale mandibulaire en particulier, soient contrôlées.

 

Cette entrée va perturber à la fois l’accommodation et la boucle oculo-céphalogyre.

ACCOMMODER ou DESACCOMMODER  = EFFORT MUSCULAIRE (pas uniquement des muscles de l’accommodation)

   

FIN 2ème PARTIE

 

VOUS POUVEZ LAISSER VOS COMMENTAIRES ET VOUS INSCRIRE A LA NEWSLETTER AFIN DE RECEVOIR LES ALERTES DE NOUVEAUX ARTICLES.

 

MICHEL HABIF

 



 

 

   

 
 

Partager cet article

Published by vision-et-posturologie
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 11:43
Lors des XXèmes JOURNEES DE POSTUROLOGIES CLINIQUES qui se sont déroulées les 26 et 27 janvier 2013, j’ai présenté une communication co-écrite avec mon ami JF HENNEBICQ .
Les articles de la seconde communication, toujours co-écrits avec JF HENNEBICQ sont publiés sur son blog:
 
Je vous avais promis d’en diffuser ici le texte. Etant assez long je vais vous le proposer par thème et chapitres.
VISION ET POSTUROLOGIE
LE ROLE DE L’ACCOMMODATION
Michel HABIF, opticien posturologue
Jean- François  HENNEBICQ, ostéopathe
Association de Posturologie Internationale Paris  2013
PARTIE 1
 
L'ACCOMMODATION
Bon nombre  de  posturologues, lors de leur pratique quotidienne, pensent que dans leur bilan, lorsque l’entrée visuelle est perturbante, il  s'agit particulièrement d'une influence oculomotrice.
Le but de cet article est de vous sensibiliser sur un point capital, résultat de nos années d'expérience clinique et de notre collaboration dans la pratique quotidienne de la posturologie :
Le rôle de l’accommodation dans le contrôle du système postural d’aplomb.
La seule  action musculaire intra oculaire augmentant la puissance globale du globe par la déformation du cristallin sous l’effet des muscles du procès ciliaire est  l’accommodation.
Ce phénomène physiologique, réflexe, permet de focaliser sur la rétine une image d'un objet rapproché.
Elle présente deux voies de régulation neurophysiologique :
 
Une voie de régulation courte parasympathique accommodatrice et une voie de régulation longue sympathique relâchant l’accommodation dite désaccommodatrice.
  
 
 
L’accommodation est un phénomène réflexe  mise en jeu  par un stimuli visuelle : le flou de l’image que perçoit les 2 yeux. L’information rétinienne est alors envoyée au cortex occipital  dans l’aire visuelle, où elle est interprétée. Elle va ensuite être régulée par le noyau accessoire (Inderger Westphall)  du III qui va stimuler par le nerf ciliaire court la contraction du muscle de Rouget-Muller (appartenant au procès ciliaire) tandis que le muscle de Brücke innervé par la voie sympathique se détend pour déformer le cristallin.
 
Lors de la désaccommodation, l’information rétinienne est envoyée au cortex  occipital  dans l’aire visuelle et frontale, où elle est interprétée. Elle va ensuite être régulée par le colliculus supérieur puis permettre à la moelle cervicale de véhiculer une information passant par les ganglions cervicaux inférieurs et supérieurs, le ganglion de Gasser, pour stimuler par le nerf long ciliaire la contraction du muscle de Brücke et un relâchement du muscle de Rouget-Muller pour déformer le cristallin.
LA VOIE OCULOMOTRICE
Lorsque le réflexe d’accommodation est stimulé conjointement est provoqué  le réflexe de convergence. Cette action va permettre d’ajuster proportionnellement la focalisation de l’image perçue par les 2 yeux pour voir net. Ce réflexe présente une voie de régulation neurophysiologique courte.
Les informations rétiniennes des deux yeux sont envoyées simultanément au cortex des aires visuelles et sont interprétées pour être envoyées au colliculus supérieur et au noyau du III   pour stimuler la contraction des droits médiaux de chaque œil par le nerf oculomoteur commun dans le but de converger et de faire fusionner les deux images en une.
La convergence se fait sous l’action des muscles oculomoteurs. D’autre part, dans d’autres condition s de regard, les 6 muscles externes entourant le globe oculaire permettent les mouvements de l’œil dans la direction du regard, aident à la fusion des images rétiniennes des deux yeux,  ont un rôle proprioceptif et renseignent le vestibule sur la position des yeux et de la tête dans l’espace.
CONCLUSION SUR L’ACCOMMODATION
La régulation accommodation/ convergence est régulée par 3 voies
- une voie accommodatrice parasympathique
-une voie désaccommodatrice sympathique
-une voie oculomotrice réalisant la convergence
Cette voie se termine par le nerf oculomoteur III qui distribue l’action motrice à réguler
A l’action accommodative/désaccommodative sont conjugués les efforts des muscles oculomoteurs mais aussi les muscles de la mandibule  (Bonnier-Habif 2002, Bonnier-Ridel 2004)  et les muscles para cervicaux.
En effet, dans la boucle de régulation longue sympathique désaccommodatrice, il existe une influence du ganglion trigéminal de GASSER sur l'effet réflexe de la régulation de l'accommodation.
 
 
.
ACCOMMODATION = EFFORT MUSCULAIRE DU PROCES CILIAIRE + CONVERGENCE
Mais pas seulement...         
         

LA BOUCLE OCULO-CEPHALOGYRE

 

 

Pour regarder , il faut déplacer son regard ou déplacer simultanément les yeux et le regard dans la même direction. L’activité oculomotrice est prépondérante mais elle est soumise à l’influence de la qualité de l’appareil réfractif, par l’accommodation si celle-ci est mise en jeu. Œil et rachis cervical fonctionnent suivant une activité réflexe via le vestibule pour permettre de garder une stabilité du regard.

 

Lorsque le regard se déplace, les yeux fixent une cible  tout en tournant la tête dans le même sens, vers le même point. Pour y arriver des voies sensori-motrices sont conjointement stimulées, notamment les voies oculomotrices des III – IV – VI, les voies vestibulaires du VIII, et les voies cervicales du XI.

Il existe une contraction synergique entre les muscles oculomoteurs droits internes – droits externes, faisant une version oculaire et les muscles cervicaux sous occipitaux, trapèze, Scom, (sterno-cleïdo-occipitaux mastoïdiens)  pour faire une rotation cervicale du côté de la version.

 

Le vestibule coordonne  cette synergie de contraction musculaire par un canal semi circulaire correspondant.

 

 

 

En condition d’équilibre debout, en statique, mais aussi pendant la marche, la boucle oculo-céphalogyre influence par le biais du vestibule, la distribution du tonus postural des membres et des ceintures grâce aux voies vestibulo-spinales que les capteurs podaux, plantaires, vont réguler.

 

 

 FIN DE LA 1ERE PARTIE

 

VOUS POUVEZ LAISSER VOS COMMENTAIRES ET VOUS INSCRIRE A LA NEWSLETTER AFIN DE RECEVOIR LES ALERTES DE NOUVEAUX ARTICLES.

 

  MICHEL HABIF           

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Published by vision-et-posturologie
commenter cet article